mercredi 5 février 2014

01 février 2014, Huahine


Voilà bien longtemps que nous n’avons plus écrit dans notre blog. On n’a pas beaucoup bougé pendant ses 3 derniers mois: Tahiti, Moorea puis Tahiti. Mamido nous a rendu visite pour la naissance de Mahé, pendant les mois de novembre et de décembre. On est resté à terre pendant tout le temps où elle était là, dans une villa à Mahina sur Tahiti et dans un faré à Moorea. Elle nous a beaucoup aidé et nous étions tous bien tristes quand elle est rentrée en France.

Tahiti, dernière balade avant la naissance de Mahé:







Notre petite famille s’est à nouveau agrandi avec l’arrivée de Mahé, un beau bébé né le premier novembre 2013. Cette fois-ci, on n’a pas oublié de préciser à la cigogne, qu’en plus d’un bébé beau, intelligent, souriant et éveillé, on voudrait un bébé calme . C’est effectivement un bébé très calme (Il faut dire qu’après Marwan qui est un excité de nature, c’est un soulagement!) dont la principale occupation est de grandir. À 2 mois et demi, Mahé porte déjà du 6 mois!! C’est un bébé très cool, on le ‘trimballe’ partout et il suit toujours sans rechigner. Un vrai bébé nomade. Il a également compris très vite que la nuit tout le monde dort. 










Marwan a été un peu perturbé par l’arrivée de ce nouveau-né. Régression, opposition, colère, … Ca n’a pas été facile pour lui et pour nous non plus. Il semblerait que maintenant il soit content que Mahé soit avec nous. Il ne parle plus de « remettre le bébé dans le ventre de maman » ou « de le donner à une autre maman. » Finalement, il l’aime bien ’cette petite tête’. Marwan a progressé dans d’autres domaines, notamment la nage. Il a abandonné ‘nageots’, ceinture de nage, pour nager sans aucun flotteur. Epatant, comme il peut être à l’aise dans l’eau. Il plonge tête la première, nage sous l’eau, prend sa respiration en se maintenant en surface. Ca nous rassure beaucoup de voir qu’il peut se débrouiller sans aide dans l’eau. Il arrive aussi à se tenir debout sur un surf et il adore faire de la trotinette!




Nous avons passé les fêtes en famille avec nos amis de Sairam à Moorea.





Hicham est comblé d’être à nouveau papa. 

Quant à moi, je suis très heureuse, entourée de mes hommes. Je profite d’eux à 100% avant de reprendre le travail dans un mois, à l’hôpital d’Uturoa. Il faut remplir la caisse de bord et ça va être, j’en suis sûre une très belle expérience professionnelle.

C’est un nouveau chapitre qui s’ouvre dans notre vie, travail, nounou, école pour Marwan. Ainsi nous redevenons sédentaires, on s’installe pendant quelques temps en Polynésie française. Il faut dire qu’on aurait pas pu espèrer mieux! Il fait tellement bon vivre de ce côté ci de la terre…   

Pendant notre séjour à Tahiti, nous en avons aussi profité pour donner une nouvelle jeunesse à Yapa. Hicham a profité de la présence de Mamido et qu’on soit tous installés à terre pour refaire entièrement toutes les boiseries du bateau. Un travail de dingue, tout poncer, nettoyer à l’acide oxalique afin d’éclaircir le bois pour enfin revernir les parois verticales et vitrifier les sols. Nous avons aussi fait refaire notre bâche qui nous protège du soleil et de la pluie dans le cockpit et qui nous sert aussi de récupérateur d’eau douce. Nous avons renouvelé le parc de batteries avec 5 baterries AGM de 100 Ah chacune et nous avons acheté un hors bord tout neuf de 10 CV pour notre annexe! 

Maintenant, il est temps de quitter Tahiti et ses tentations consuméristes permanentes et de se rapprocher de Raiatea.



Nous avons profité d’un peu de vent, 10-15 nds d’Est, pour partir vers les îles sous le vent. C’est une petite nav tranquille de 20 heures pour le baptème de mer de Mahé. 
Premier stop à Huahine Iti, sur la côte Ouest. Nous avons trouvé un mouillage idyllique derrière le motu Murimahora. Nous sommes le seul voilier, mouillé par 4 à 5 mètres de fond sur sable blanc. Nous avons l’impression d’être sur un lac aux eaux transparentes. Nous retrouvons tous les plaisirs du mouillage et le bateau sent bon le pain chaud.






mercredi 16 octobre 2013

Moorea, baie d'Oponuhu: du 6 au 22 septembre 2013.

Nous resterons finalement plus de deux semaines dans la baie d’Oponuhu. On est bien là, on n’a pas envie de bouger…





Il y a une plage splendide, ombragée avec une eau claire et peu profonde pour Marwan. Il y a aussi plein d’enfants et Marwan s’amuse comme un fou.






Nous sommes « loin » de la civilisation et de toutes ses tentations. Il n’y a ni supermarché, ni de bar-restaurant à proximité et nos dépenses s’en sont trouvées considérablement allégées. 

On retrouve un peu de sérénité après les « tumultes » de la vie à Papeete. On en profite pour décorer l’intérieur de Yapa et on installe les Molas qu’on avait fait faire sur mesure aux San Blas pour nos hublots du carré. Installés sur des rails avec un système de coulisseaux on peut les ouvrir ou les fermer à volonté. Tout notre intérieur s’en est trouvé embelli par cette transformation et une lumière chaude et diffuse vient égayer notre quotidien à présent.




Clarisse se porte comme un charme. Elle n’a pas pris autant de poids que pour Marwan et de dos on distingue à peine qu’elle est enceinte!

On en profite pour faire de longues promenades et c’est au détour d’une de nos excursions que nous rencontrons Maeva (qui veut dire « bien-venue » en Polynésien). C’est ainsi que nous trouvons un magnifique Fare à louer au bord de la plage libre pile poil aux bonnes dates afin d’acceuillir belle-maman et bébé. La vie fait bien les choses tout de même!

On décide aussi de faire du stop jusqu’au Belvédère d’où nous avons une vue imprenable sur la baie de Cook et d’Opunohu. C’est ainsi qu’on rencontrera Xavier et Délphine et leur petite fille Mahélia avec qui nous tisserons des liens d’amitié.







Il y a eu aussi une belle rencontre avec Allan, un anglais naviguant la plus part du temps en solitaire sur son petit voilier « Zebedee » depuis douze ans. Allan est un vrai de vrai, un authentique marin naviguant sur son voilier à gréement aurique sans moteur, sans électricité, calculant toujours sa position au sextant. Il refuse tout confort moderne (moteur, GPS, panneaux solaires et donc électricité!…) prétextant que les coûts d’entretiens sont trop onéreux et qu’au bout du compte ce confort devient plus une contrainte qu‘autre chose. Et il n’a pas tort le bon vieux marin!



Il arrive ainsi à vivre avec un budget réduit au maximum. Son seul luxe, nous explique-t-il, est son vin de sa propre fabrication dont il a affiné la recette avec les années. Il nous fait goûter et là nous sommes bluffer!
Son vin est absolument excellent!!!
Bien sûr, vu le prix exorbitant de l’alcool en Polynésie, Hicham s’empresse de noter sa recette. Et c’est ainsi que la première cuvée Yapa est née.
D’ici 3-4 semaines, on pourra déguster notre premier Rosé « fait-maison »!!!

La vie est belle et nous nous prélassons dans ce bonheur en attendant de devoir retourner sur Tahiti où Clarisse a prochainement ses rendez vous échographie. 

06 septembre 2013: Superbe navigation vers Moorea.

Nous voulons profiter de ce que Clarisse soit encore en forme et pas trop avancée dans sa grossesse pour aller faire un tour vers la superbe île de Moorea. Nous avons retrouvé sur Tahiti Alexandre qui nous avait aidé à traverser le canal de Panama. Lui et son amie Carole nous accompagnent pour cette courte traversée de 25 milles. 



Nous avons un peu de vent au départ, suffisamment pour sortir le génois, mais bien vite le vent faiblit. Hicham et Alex ont déployé le spi. C`est cool d`avoir un coéquipier expérimenté supplémentaire. La mer est plate et la navigation est confortable. Nous voyons au cours de la traversée entre les 2 îles nos premières baleines. Elles sont un peu loin, nous distinguons simplement leur jet. Nous décidons de poursuivre notre route car il est difficile sous spi de modifier notre cap.

Nous avons tenu sous spi un bon moment alors que le vent ne cessait de faiblir. Quand nous avons atteint la vitesse de 2.5 nœuds, on s`est quand même décidé à mettre en route notre bon vieux moteur et à remballer toutes les voiles. On approchait alors déjà de la cote Nord de Moorea. En approchant le lagon vers Temae, nous avons aperçu à nouveau des baleines. Nous avons pu nous en rapprocher suffisamment pour voir leur dos, leur tête et leurs nageoires. Elles étaient assez statiques et nous ne semblions pas les déranger. C`est un spectacle unique que de voir des baleines. Jusqu`à la fin du mois d`octobre, elles sont nombreuses dans les iles de la Société, profitant des eaux chaudes pour mettre bas leurs baleineaux avant de repartir vers des eaux plus froides. 

Alors que nous reprenions notre route, Alex aperçoit au large le jet d`autres baleines. Nous nous en approchons et nous assistons à un spectacle unique. Les baleines font une série de sauts aussi impressionnants les uns que les autres. Nous sommes émerveillés. Notre petit Marwan nous dit `Je n`ai jamais vu ça de ma vie.` 








Nous en croisons d`autres, mais il commence à se faire tard et il est temps de rejoindre notre mouillage dans la baie d`Opunohu. C`est une baie profonde entourée de montagnes qui nous rappelle les mouillages des Marquises. Nous mouillons vers la pointe Vaipahu où il y a une très jolie plage. A la différence des Marquises, la baie est protégée par un récif et nous pouvons nous ancrer dans des eaux transparentes, peu profondes et un fond de très bonne tenue.